Vivre et voyager en voilier : 1 an aux Caraïbes

voyager en voilier

Un peu plus d’un an après avoir embarqué sur Peter Pan pour un voyage en voilier et bien, le temps est toujours élastique pour moi. Et j’ai bien l’impression d’être arrivée au bout d’un ponton avec ma valise il y a déjà plusieurs années. Il s’est passé tellement de choses durant ce voyage, tellement d’épisodes différents, aujourd’hui on voit ça comme des étapes. J’ai bien l’impression que ce n’est qu’un début …

Me, myself and I

Je crois que c’est très français de se comparer et on se compare souvent aux autres couples et on se sent comparé aussi. C’est ça qui m’a fait comprendre ce décalage que j’avais avec les navigateurs et navigatrices que je rencontrais. C’était pourtant évident. Bien souvent les couples que nous rencontrons ont acheté leur bateau ensemble, ils l’ont retapé et préparé au voyage ensemble. Ils ont préparé leur voyage ensemble, pour certain dans un temps imparti, avec des escales de prévues, … Et des fois, ils ont appris à naviguer ensemble… Et puis il y a moi, qui débarque dans ce monde !

Octobre 2015, Nice

Il y a encore peu de temps j’avais peur de prendre l’annexe toute seule, et puis maintenant je vois que les gosses qui conduisent les leur et je me sens ridicule … Je regrette un peu de perdre du temps pour des choses comme ça qui ressemblent plus à la phobie qu’autre chose. Le nombre de fois où je m’ennuyais à bord durant les loooooongues séance YouTube de William… [cf 10 choses que vous ignorez sur mon capitaine]. J’aurais pu prendre l’annexe et aller me promener, je sais !

voyage en voilier

Je me sens à ma place sur ce bateau aujourd’hui, ça n’a pas toujours été le cas. J’avais l’impression d’être arrivée là par hasard, me suis souvent sentie complètement incapable après une manœuvre ratée, pas à la hauteur, pire, un gros boulet. Et puis j’ai pu m’en rendre compte moi même, plus tu navigues et mieux tu sais naviguer, mais si tu es resté deux semaines au mouillage sans bouger c’est plus difficile de reprendre la mer. Je n’ai pas vraiment d’acquis, je fais ce qu’on me dit de faire, sans comprendre réellement comment ça marche tout ça, enfin un peu quand même. ! Aujourd’hui je dois remédier à ça, j’ai envie d’apprendre mais je sais qu’il faut que ce soit intense. Ce prochain voyage qui nous attend ce sera aussi mon réel apprentissage de la voile.

Bien souvent les barrières devant nous, c’est nous même qui les dressons, il y en aura sûrement d’autres mais ce qui est sûre c’est que nous avançons. Vers quoi ? Nous même nous ne pouvons pas répondre à ça, certes nous avons notre objectif mais William et moi, nous savons qu’il est très facile de changer radicalement de cap !

Vivre et voyager en voilier aux Caraïbes

 

A notre arrivée aux Antilles, nous avons pas mal visité la Martinique et la Guadeloupe. Et puis le vrai voyage a commencé avec la descente vers l’île de la Grenade, tout au Sud de l’arc Antillais. Nous avons pris notre temps, pour découvrir les lieux, les populations locales, leur rapport aux touristes, au voyage, aux Caraïbes. Nous avons pris notre temps pour découvrir ce qu’achetaient les locaux, où, comment préparer les produits qu’on découvrait. A part quelques sauces, en général on est pas fan des produits importés des US et UK. Du coup, on avoue s’être gavé de produits bien de chez nous, sur les départements français ! On a finalement trouvé un équilibre qui nous convenait entre la vie chère, les produits locaux et se faire plaisir. Après tout c’est un voyage à la voile, pas Koh Lanta.

voyager en voilier

Le temps c’est de l’argent, et c’est aussi une raison pour laquelle nous avons bien profité de chaque visa payé ! Si on a payé pour trois mois alors on reste trois mois ! Ça aussi il faut y penser quand on parle de caisse de bord. D’ailleurs c’est notre plus grosse préoccupation l’argent. Encore une nouvelle étape qui s’installe dans notre vie, notre projet et notre couple  : vivre à bord et travailler à terre, pour ça, nous avons choisi St Barth, ou bien St Barth nous a choisi ! Mais ça c’est une autre histoire …

voyage en voilier

Finalement en 1 an, nous n’avons pas tellement navigué. Le pur voyage en tant que tel reste, pour moi, notre descente vers les Grenadines et Grenade jusqu’à la remontée en Martinique en septembre 2016. Le retour sonnait comme une rentrée des classes, la fin de l’insouciance, fini de vivre sans montre, sans engagements, nous avions déjà quelques réservations de notre cabine à honorer en Guadeloupe. Nous étions complètement ruinés, avec des problèmes d’énergie, donc encore de l’argent à sortir. Nous étions surtout très inquiets pour la suite de notre voyage, renflouer la caisse de bord, faire les bons investissements sur le bateau étaient devenus vital !

Nouvelle étape, état des lieux de Peter Pan, réparations, nettoyage de fond en cales et recettes de tapas téléchargées, nous nous sommes transformés en parfaits hôtes pendant 6 mois. C’était parfois cool, parfois lourd, il est vrai qu’à la fin nous n’avions plus vraiment l’impression d’être chez nous. Le bateau n’était plus opérationnel pour le voyage mais ressemblait souvent à une caravane flottante avec tous plein de linge qui sèche de partout. Quand à notre intimité, notre vie de couple n’en parlons pas !

carène-voilier-antilles
Livré avec masque et tuba pour gratter la coque !
voyager en voilier-entretien
Ponçage et vernissage des bois extérieurs.
nettoyage-voilier
Nettoyage du sol au plafond, littéralement.

Ce qui est important pour nous ce n’est pas d’aller partout mais d’y aller dans de bonnes conditions. Nous avons privilégié la sécurité financière bien souvent, ce qui a impacté nos choix dans ce voyage. De longues escales, la décision de s’ancrer 6 mois au mouillage en Guadeloupe pour de l’hébergement de personnes. L’avantage aujourd’hui, c’est que le contrat a été remplie ! La caisse de bord nous permet d’être à l’aise pendant plusieurs mois, le bateau est nickel ! Il ne faut pas se relâcher mais maintenant il est certain que nous sommes plus tranquille quant à la viabilité de notre projet, de cette vie.

couple-voyage-voilier

Nous avons été touristes et acteurs du tourisme. Reçu chez nous, des personnes nées sur l’île de la Guadeloupe qui nous ont dit voir leur île d’un angle totalement différent depuis le pont de notre bateau. Ce n’est pas seulement la vue qui change, c’est un sentiment qui te soulève ! Le meilleur souvenir de cette période c’est cet échange avec nos visiteurs, ceux qui ont réussis à lâcher prise et se laisser aller. Ils nous ont aussi beaucoup apporté sans le savoir.

C’est en partie les rencontres qui nous ont fait changer de cap ! Des guests Américains et Québécois mais aussi des navigateurs et navigatrices venus du Québec comme Louise et Yves [retrouvez leur blog ici]. Leur voyage, leurs magnifiques photos et eux tout simplement nous ont donné plus qu’envie d’aller voir ce qui se passait de ce côté du globe !

Nos projets

voyage en voilier

Nous avons oublié nos idées de voguer vers le Pacifique. D’ailleurs je ne sais pas d’où venais cette idée, sûrement parce que c’est le chemin habituel pour la plupart des gens. Quand je suis arrivée sur le bateau en tout cas c’était ça l’idée lointaine, aller vers le Pacifique.

Je n’ai jamais vraiment été à l’aise avec cette idée. C’est vraiment trop loin et du peu que j’ai compris durant les conversations entre marins, il faut être sûre de son bateau pour pouvoir en repartir un jour … avec son bateau. Faire des réparations là bas c’est complètement fou question prix. Ce bateau c’est notre maison, notre moyen de voyager, je veux le chouchouter pas l’envoyer à l’abattoir. L’idée que cette vie qu’on mène a une date de fin n’est simplement pas envisagée chez nous. Au contraire, on veut aller plus loin.

projet navigation
Objectif final : Montréal !

Aujourd’hui nous avons envie de découvrir des paysages différents, d’autres cultures, de changer de climat, de retrouver le plaisir de changer de saison. Cap au Nord, les îles Vierges Britanniques, les Bahamas, les Etat-Unis et le Canada. Il est un peu tôt pour prévoir la date de notre départ mais ce sera début 2018 … ou 2019. Cela va dépendre de nos dépenses d’ici là et du budget que nous devons prévoir pour partir. William en bon capitaine a fait une liste détaillée des travaux, améliorations nécessaires ou de conforts et travaux d’entretien à faire et s’est déjà mis à la tâche !

Voyage en voilier - Saint Barthelemy

Nous voici à St Barthélemy actuellement, où nous travaillons tous les deux. Nouvelle île, nouveau style de vie, nous sommes fièrement amarrés sur bouées dans le port de Gustavia. Quand on connaît les prix des loyers en ville, nous mesurons notre chance d’être là, en plein cœur de la ville et de la vie, nous faisons partie du paysage local. Un autre côté fabuleux du voyage en bateau, tu n’es jamais un simple touriste.

Le capitaine, Peter Pan et la fée clochette

Nous sommes un jeune couple, notre rencontre remonte à l’été 2015, ensemble, nous n’avons connu que le bateau et le voyage. Nous en apprenons encore beaucoup l’un sur l’autre selon les nouvelles situations auxquelles nous faisons face. Nous formons une bonne équipe, tous les trois, mais ça aussi c’est un long apprentissage.

voyage-en-voilier-navigation-couple

Je crois que ce qui a le plus fragilisé notre couple à certains moments, c’était le doute. Quand l’un commence à douter de l’autre, sur ses intentions, sur sa bienveillance, ça peut vite faire basculer un équilibre fragile. Il faut être sûre de soi pour tout donner comme ça, tout ce que tu as de matériel et dans les tripes. Vivre et « travailler » 24h/24 ensemble durant la période Guadeloupe n’a pas eu que du bon, loin de là mais cela nous a forcé à nous mettre en accord. William avait souvent besoin de s’isoler et moi c’était le contraire. Sur le papier nous avions prévu de visiter la Guadeloupe durant nos jours off, on les a plutôt passer à ne rien faire sur le bateau. Et parfois c’était bien mérité et nécessaire. Mais à ce moment là je me suis sentie très seule, j’ai réalisé doucement à quel point j’étais en décalage avec mon monde d’avant. Et en règle générale, je constate souvent à quel point nous vivons autre chose que les gens à terre, comme si on parlait d’îles différentes tellement nos regards sont portés vers autre chose. Niveau blog, je n’arrivais pas à aligner trois lignes, trop de choses et de questions se bousculaient dans ma tête. Dont la première, est ce que je suis faite pour tout ça ?! Je me suis isolée à mon tour.

voyage-voilier-femme

Il a fallu redoubler d’efforts, passer de longues nuits à mettre les choses à plat entre nous. A répondre aux questions; Où on va ? Qu’est ce qu’on fait ? Qu’est ce qu’on doit faire ? En effet personne ne te montre la voie, la destination que tu prends mais aussi le chemin pour y arriver sont propre à chacun ! Je me suis souvent sentie complètement dépassée par certaines situations, je me sens comme une gamine de 4 ans des fois quand Will me demande « on fait quoi ? ». Mais je ne sais pas, je suis petite moi ! Mais je vais apprendre, j’en suis capable, je me suis prouvée déjà plein de fois que j’avais un bon instinct! J’ai aussi compris quelque chose d’important dans le monde de la navigation, on te demande juste le meilleur de toi même, il n’y a jamais rien d’insurmontables à ceux qui essaient.

voyage-couple-bateau

J’ai pensé quelques semaines à cet article, à ce que j’allais vous raconter, je ne voulais pas repenser aux épisodes douloureux d’autant plus que c’est encore récent. Mais là encore je note une telle progression que je ne peux qu’avoir confiance en l’avenir. Je signe pour un an de plus !

Salty kisses,
La paresseuse

4 commentaires

  1. Wow, wow et re wow!
    Je rêve sérieusement de rencontrer l’homme avec qui je pourrais partir comme ça, j’adore la navigation …. mais ces hommes ne courent pas les rues… plutôt ne courent pa les marinas! Lol
    contacté moi : mimi_chats1960@hotmail.com
    Bonne continuité la petite paresseuse !

  2. Non non, tu n’es pas la seule à avoir eu peur de prendre l’annexe toute seule 😉 tout ce que tu décris reflète tellement bien la vie en bateau pour des novices de voile !! Ce n’est pas que du rêve, y’a aussi des moments de galères, de longues séances de « bricolage » mais toute cette vie est tellement enrenchissante (sur le coup on réalise pas vraiment !) ! Merci de me faire voyager encore, je me retrouve beaucoup à travers tes récits ! Longue route (‘fin pas trop quand même, les escales c’est bien 😉

Laisser un commentaire