Escale en Guadeloupe

paresseuse aventuriere

Retour sur l’île papillon avec pour objectif : renflouer la caisse de bord !  Aujourd’hui je vous parle de notre quotidien durant cette longue escale en Guadeloupe qui aura durée six mois.

Pourquoi la Guadeloupe ?

Parce que nous avions déjà passés plusieurs semaines dans ce secteur en début d’année, testés notre formule d’hébergement via le site airbnb et que tout roulait ! Flottait ?! Et puis, disons le, nous avons toujours eu une petite préférence pour l’île papillon. Les îles environnantes sont d’une beauté rare et étonnamment préservées. Même si nous avions pas mal baroudé la première fois, il nous restait encore beaucoup de choses et de paysages à découvrir !

La plupart du temps nous étions au mouillage dans la baie de Pointe à Pitre. Derrière la barrière de corail et l’îlet à Cochons, face à la marina Bas du Fort, dans l’entrée de la rade.

6 mois en guadeloupe

Il y a un peu de trajet en annexe à faire pour aller jusqu’à la marina mais ce mouillage est l’un des plus calme que nous ayons testé aux Caraïbes. Les fonds sont fait de vase, l’eau n’est pas vraiment claire mais qu’importe ! De temps en temps, le matin et l’après midi il y a un dauphin qui vient se frotter aux chaînes des bateaux… D’ici nous sommes à 6h de navigation des Saintes et à 1h de l’îlet Gosier, une petite merveille.

Escale en Guadeloupe

Ici, il y a quelques bateaux à l’année avec ses occupants très discrets, toujours quelques bateaux de passage et quelques bateaux épaves, dont un coulé sur le banc derrière notre bateau.

la vie en guadeloupe

plage-ilet cochon-guadeloupe

J’aime toujours l’ambiance tranquille de cet îlet désert, pendant six mois cet endroit a été notre jardin. On y a bu des cocos fraîches, fait des barbecues, des ballades d’exploration et on a regardé les petits de l’école de voile avec leurs optimistes un paquet de fois. Clairement, ici, ce n’est pas les plus beaux paysages de Guadeloupe mais la vie y est cool, facile. C’est un mixe qui nous plaît, la tranquillité du mouillage (sa gratuité aussi) et du voisinage, la proximité avec les commodités, la ville, les arrêts de bus à la sortie de la marina.

Dans le fond de la rade, le port commercial de la ville de Pointe à Pitre, avec ses flux de pétroliers mais aussi ses bateaux de croisière. Les voir passer ça met l’ambiance, surtout quand tu en croises un dans le chenal !

La marina Bas du Fort

la vie en Guadeloupe

Notre meilleur point de chute ! Notre activité airbnb, qui a été à certains moments très intense, a demandé une organisation de fer. Au niveau de l’intendance, pas vraiment le choix et beaucoup plus pratique, nous avons choisi de faire laver notre linge à la laverie. [La laverie de Sophie]. Il fallait parfois compter le nombre de draps nécessaires lors des semaines bien chargées mais on s’en est toujours bien sortis !

lessive - escale en guadeloupe
Tous les 10 jours, au moins !

Pour les courses aussi, on trouve à la marina une supérette mais la plupart du temps, nous avons fait le plein dans un plus grand supermarché situé à bas du fort [Géant Bas du Fort, voir la carte]. Notre astuce, avancer le plus possible avec l’annexe, jusque dans le lagon de la marina. Sur ce dernier ponton, à côté de l’aquarium, vivent les personnes à l’année, il y a déjà des caddies à disposition si vous en avez besoin.

Byron burger-Guadeloupe

La marina Bas du Fort, c’est aussi un endroit idéal pour manger un bout ou boire un verre et là il y en a pour tous les goûts ! Personnellement, mon grand kif c’était un burger poulet, avocat façon recette indienne, frites maison pour environ 15€ au Byron Burger. Nous avons testé pas mal d’adresses avec ou sur les recommandations de nos guests. J’ai vraiment de bons souvenirs ici.

Escale en Guadeloupe

En moyenne sur six mois, nous avons passé une nuit au port toutes les six semaines, 23€ la nuit pour nous, si je me souviens bien, surtout pour faire le ménage à fond, brancher l’aspirateur et utiliser plus d’eau que d’habitude. Autrement, pour recharger nos réservoirs d’eau nous allions directement à la station essence de la marina (13€ pour 750 litres).

Les moments forts

Durant notre escale en Guadeloupe nous avons fêté les 32 ans de William. Le hasard fait bien les choses et ce jour là nous n’avions pas de réservation ! Nous avons loué une voiture à l’agence Marinacar, chez qui nous avions nos habitudes et sommes partis barouder du côté de Grande Terre jusqu’à la Pointe des Châteaux.

Escale en Guadeloupe

 

Escale en Guadeloupe
Vue sur la Désirade

Escale en Guadeloupe

Nous avons également passé les fêtes de fin d’année à bord de Peter Pan, une première ensemble et un petit fantasme qui s’est réalisé pour moi : fêter Noël au soleil ! Et mon souhait a été très largement réalisé, c’était génial ! Le hasard, encore celui là, avait voulu qu’une amie se retrouve de passage en Guadeloupe à ce moment là. Et puis avec quelques connaissances sur l’île nous avons organisé un pique nique sur l’îlet Gosier. Autour d’une table pleine de bonnes choses à manger, dans un endroit paradisiaque, un petit verre à la main, une quinzaine de personnes ce sont retrouvées là pour fêter Noël. La plupart ne se connaissaient pas, c’était juste top !

paresseuse aventuriere
Noël 2016 en Guadeloupe

C’est six mois ont été synonymes d’horaires, de rendez-vous au ponton de la capitainerie, de liste de courses et de « COURRRR WILLIAM ELLE VA FERMER LA LAVERIE !!!!! ». C’était s’arrêter à la station essence en dinghy, sous 30° en revenant de l’épreuve des courses, chargé comme un retour au bled. Les bonds de trois mètres quand tu passes dans le sillage de la navette de Pointe à Pitre qui fonce à toute allure et que ton mec te dit « c’était drôle non ?! » Oui c’était le fun la Guadeloupe ! Même si j’ai pas râlé.

La suite dans un prochain post !

Salty kiss,

La paresseuse

Laisser un commentaire