Consommer, c’est exister ?

Consommer c'est exister

« Tour du monde à la voile d’une ex accro du shopping » c’est ainsi que je me suis décrite il y a un an en créant ce blog ! Depuis le tout début de cette aventure ce qui a le plus changé en moi c’est ma façon de consommer, ça a été radical. Ma façon de dépenser mon argent, mais aussi l’énergie, l’eau, nos ressources finalement et aussi mon temps.

Consommer moins, consommer mieux ?

Le budget restau, le budget shopping, coiffeur, colorations, soins et produits de maquillage sont devenus « budget bateau ». J’avoue qu’au début ça n’a pas été vraiment naturel. Ça m’a pris un peu de temps pour ne plus avoir envie de consommer telles ou telles choses. Du plat typique dans un restaurant du coin à la babiole souvenir d’un pays visité, dure de garder ses euros dans sa poche. Et la solution de mon doudou est toute trouvée, ON RESTE SUR LE BATEAU ET ON SORT PAS !!! C’est vrai, sortir c’est consommer, de la bouteille d’eau parce que bordel il fait trop chaud, à la petite glace parce que bordel ça à l’air trop bon !

Boutique sur l’île d’Union (Grenadines), trop de mignonneries pour moi, je suis vite sortie !

Pour le reste je le vis super bien ! J’ai acheté quelques vêtements depuis mon arrivée aux Antilles, surtout des maillots de bain à vrai dire et quelques shorts car il fallait compléter ma collection. Ma garde de robe n’était pas du tout prévue pour un tel voyage, j’ai quelques beaucoup de vêtements qui ne sont pas vraiment adaptés à la vie en bateau, pour enjamber le balcon, monter/descendre de l’échelle, de l’annexe, … Des robes, des trucs à franges qui s’accrochent partout, des trucs qui te remontent aux oreilles dès que tu lèves les bras, les babioles en ferraille qui rouillent et se cassent. Tfouuu trop chiant d’être une fashionista sur un bateau ! Mais je le redis ici pour que tout le monde le sache, moi en short Quechua, JAMAIS !
Et question produit de beauté, je finis encore ceux que j’avais embarqué depuis la France, sauf des tubes d’aloe vera que j’achète régulièrement ici (cf Le gel d’aloe vera). C’est une vie slow, je n’utilise pas beaucoup de produits, me maquille très peu.

gel aloe vera

Après le bateau, le crédit que nous terminons de rembourser, l’assurance et les travaux, l’entretien, notre plus gros poste de dépense c’est la nourriture. Notre consommation se régule selon l’endroit où nous sommes. En règle générale on imite les locaux, ils te renseignent sur leurs habitudes, là où ils vont faire leur courses, mais aussi où ils vont boire un coup ou manger un bout ! Au Maroc, par exemples, c’était plus économique d’aller commander un plat à emporter au petit restaurant/snack du coin. Les plats étaient tous excellents, généreux et vraiment pas chère ! En Guadeloupe nous composions surtout des plats végétariens, wok et poêlés de légumes. Pour être franche, on ne se levait jamais le matin pour aller au marché aux poissons et la viande est très chère en supermarché, sauf le poulet surgelé importé des USA mais non merci. A Saint-Barthélemy, c’est les légumes que je trouve chère ! Ils sont tous importés, Republique Dominicaine, Guadeloupe, Martinique, France… Pour le reste c’est quand même moins chère qu’en Guadeloupe. Orgie de yaourts !

tajines marocains
Tajines au Maroc.

Pas de micro-onde sur le bateau et le bon format de bouteille de gaz qui est parfois dure à trouver. Ça aussi ça joue sur ta consommation, nous n’achetons que des produits bruts, facile à préparer, à cuire, qui ne nécessite pas beaucoup d’eau. En ce moment nous travaillons et je passe tous les jours devant un supermarché avec des prix canons, notre kif, les pizzas maison ou une pièce de bœuf avec des frites au four à la graisse de canard… Les surgelés c’est la vie mais nous n’avons pas de congèle alors les frites ça reste rare ! La nourriture c’est aussi la dessus que nous nous faisons plaisir, mon petit rituel du dimanche, pain au chocolat et croissant.

Do it yourself

J’ai eu une petite période aussi où je voulais absolument décorer le bateau… Et puis tu te rends compte que ça ne sert à rien, c’est juste plus de travail pour tout remettre en place à chaque navigation où tout bouge dans tous les sens. Finalement sur un bateau, on a vraiment pas besoin et pas de place pour ce qui ne sert à rien, mieux vaut se contenter de l’essentiel. Ce qui importe c’est que le bateau soit sain et confortable. S’il y a bien un challenge déco à relever aujourd’hui ce serait de refaire toutes nos banquettes dans le carré, refaire les mousses et les housses ! Et puis les rideaux pendant que nous y sommes.

C’est au programme, je pense que ça venir, j’ai déjà la machine à coudre mais je ne sais absolument pas m’en servir encore ! Mais quand je fais quelque chose je le fais à fond et du mieux que je peux, donc comme j’y vois une motivation double, je sais que je vais m’y mettre quand j’aurai du temps … Mais oui, si je sais coudre, je pourrai me faire mes propres vêtements !! Des trucs simples, ça me plairait bien !

Quand tu n’as pas d’argent généralement, tu as du temps ! A mon arrivée aux Antilles, il a fallu que je prenne le rythme, du lieu où on était mais aussi celui du bateau et du voyage. J’ai créé ce blog à ce moment là, au lieu de rester là à m’ennuyer et j’en suis très fière. Aujourd’hui c’est une porte ouverte pour moi, un moyen d’approcher les autres, moi qui suis assez timide, je ne me vois pas encore prendre l’annexe et faire le tour des bateaux « Salut ! Tu veux être ma copine ? ».

Tu prends du temps pour faire toi même les choses, pour tout ! Du blog où j’ai passé des journées entières à lire et comprendre comment ça marchait un site internet sur WordPress, aux travaux que tu entreprends, tu prends du temps pour y penser, y réfléchir et le faire. Et c’est un sentiment très puissant de faire les choses par sois même, ça va du fait de se rendre du point A au point B à la voile, par tes propres moyens, au fait de charger ton ordinateur grâce à l’électricité que produisent tes panneaux solaires.

C’est un peu comme ça pour tout, tu peux aller au supermarché qui est en face du port et payer tes courses plus chères ou tu peux marcher plus, donc acheter moins ou en plus petite quantité et faire tes courses là où c’est moins chère. Tu peux t’acheter un scooter ou continuer d’aller au travail à pied et économiser le coût d’une assurance et de l’essence. Tu peux lâcher un bras et un œil à la laverie ou laver ton linge avec tes petites mains. Tu peux y aller au moteur ou sortir tes voiles et tirer des bords pour atteindre ta destination.

consommer mieux
Motivation !

Ce sont des choix qui impactent ta façon de vivre et la façon dont les autres te perçoivent en tant qu’individu. Un peu comme les vegans ou les personnes qui vivent avec zéro déchet, beaucoup se demandent pourquoi tu t’infliges ça finalement. Pourquoi tu n’as ni maison, ni voiture, ni aucune volonté de posséder tout ça ! Nan mais allo, quoi !

Détox

Il y a une chose cependant que j’ai faîtes naturellement c’est chasser la publicité de dessous mes yeux. En fan de mode en général et très présente sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram, je me suis désabonnés au fur et à mesure aux comptes et pages d’influenceurs et de marques qui utilisent la publicité matin, midi et soir pour vous demander de consommer plus ! Avec ce type de messages :

consommer mieux

En ce qui me concerne ça ne passe plus, oui j’aime la mode, les jolies choses et même en vivant et voyageant sur un bateau je continue d’aimer ça. Mon fil d’actu Instagram est toujours composé à 70% de photos de modeuses et le reste, des comptes dédiés aux voyages et aux photos. Mais j’ai juste envie d’être inspirée ! De voir comment je pourrai nouer ma chemise pour changer ou twister mon short en jeans que je mets tout le temps, pas qu’on me dise ce que je dois acheter, que j’ai besoin de tel ou tel produit pour être heureuse. Ces messages vous rendent triste, à être matraqué par la publicité en permanence on y croit ! Ça c’est du marketing pur et dure. Et les gens qui écrivent ces conneries ces slogans sont payés afin que vous dépensiez votre argent pour le compte de leurs clients. Business, Business

Et puis on est tombé dans l’absurde. Certains me trouveront peu être extrémiste mais j’ai trouvé ce type de publicités ci-dessous extrêmement choquantes. Réduire la journée internationale des droits des femmes à « la journée de la femme » et espérer vendre plus de soutiens gorges c’est juste lamentable ! Et j’ai aussi arrêter de suivre toutes entreprises qui tomberaient dans cette vulgarité et vous savez quoi ? Je le vis encore mieux ! Mon fil d’actualité et sain, positif, beau, inspirant.

consommer mieux

Voilà un article sans but réel, juste des réflexions personnelles et qui ne concernent que moi. Si vous êtes du genre à claquer votre salaire dans les magasins, grand bien vous en fasse, je ne vous juge absolument pas ! Vous êtes en voyage ? Sur un bateau ? Racontez-nous ce qui a le plus changé dans vos habitudes de consommation ou votre attitude face à la consommation de masse en commentaires, juste en dessous.

Salty kiss,

La paresseuse.

Un commentaire

Laisser un commentaire